Témoignages

Inge Van Nuffel, gestionnaire de dossiers, Direction du Contrôle

C'est avec beaucoup d'appréhension que je suis arrivée à l'ONSS. Durant 17 ans, j'ai travaillé en tant qu'assistante administrative au sein des services de support de l'ORPSS. Je m'épanouissais dans cette fonction et jouissais d'une stabilité certaine. Cette fusion allait soudainement bouleverser mon univers professionnel : nouvel employeur, nouvelle fonction, nouveaux collègues... Bref, beaucoup de changements en perspective !

En arrivant à l'ONSS, j'ai été agréablement surprise par l'accueil qui m'a été réservé. J'ai directement été prise en charge par ma hiérarchie et mes nouveaux collègues. Comme je démarrais une toute nouvelle fonction en tant que gestionnaire de dossiers, un programme complet de formation avait été prévu pour moi : chaque membre de l'équipe m'expliquait lui-même un domaine d'expertise spécifique. De cette manière, j'ai appris la matière et fait simultanément connaissance avec l'ensemble de l'équipe ! Cet accompagnement sur mesure et l'amabilité de mes collègues m'ont permis de me sentir rapidement intégrée.

Bien sûr, redémarrer à zéro après 17 ans de carrière n'est pas chose facile. Il me reste encore du chemin à parcourir avant de pouvoir maîtriser ma nouvelle fonction et me sentir entièrement à l'aise. Mais je suis convaincue qu'avec un peu de temps et de persévérance, je pourrai m'épanouir au sein de l'ONSS, tant professionnellement qu'humainement.

En discutant avec d’anciens collègues de l’ORPSS, je m’aperçois toutefois que les initiatives d’intégration et de formation ne se sont pas toujours déroulées de manière optimale dans toutes les équipes… Pour que la fusion soit totalement une réussite, c’est selon moi un point à améliorer.

Marc Laloux, Inspecteur social, Direction Inspection des Administrations Publiques

En tant qu’agent de terrain, cette fusion était attendue de longue date car elle permet de sortir d’une certaine routine et de se remettre en question par rapport à de nombreux points. A titre personnel, je pense qu’à certains moments de sa carrière, il faut oser sortir de sa zone de confort pour pouvoir évoluer et trouver de nouveaux challenges… Afin de donner un second souffle à sa motivation, et pourquoi pas à son ambition.

Je considère cette fusion comme une réelle opportunité de développer mes compétences, de modifier mon périmètre de travail et de faire de nouvelles connaissances professionnelles. J’ai l’intime conviction qu’en tant qu’ex-agent de l’ORPSS, je peux apprendre beaucoup, et apporter ma « pierre » à la grosse structure que représente l’ONSS. Ne dit-on pas que « Les petits ruisseaux font les grandes rivières » ? J’encourage donc mes collèges à faire de même, car pratiquer l’attentisme et vivre dans un passé révolu ne mènent à rien… Sauf à rester à quai et voir le train s’éloigner de façon inexorable. Qu’on le veuille ou non, notre avenir est à l’ONSS. Par conséquent, le plus simple est de laisser la porte ouverte et de prendre ce qui peut nous rendre meilleur et plus performant dans notre activité professionnelle, tant à l’égard de nos collègues que du citoyen lambda.

Martine Mezecaze, conseillère , Direction des Applications Particulières (DAP)

Une fusion entre deux organismes est toujours un défi, tant du point de vue humain que du point vue technique… Heureusement nous avons eu la chance à la DAP d'accueillir 3 collaborateurs aussi sympathiques qu'efficaces, et qui ont chacun un grand domaine d'expertise spécifique. Déjà parfaitement intégrés à l'équipe depuis le 1er octobre 2016, ils ont dans un premier temps assuré la continuité du travail qu'ils effectuaient à l'ORPSS… Tout en se familiarisant avec les spécificités de l'ONSS ! Aujourd’hui, la collaboration au sein du service est fluide et efficace, quelle que soit la matière traitée.

La fusion a donc permis de renforcer de manière efficiente et positive notre service, et ce constat vaut également pour la DG III (direction générale de l’identification et du contrôle des déclarations), notamment au niveau de la cellule de soutien au management.

Le soutien de ces nouveaux collaborateurs, la complémentarité des compétences et l'apport d'une vision nouvelle constituent donc un atout pour notre Direction

Mathieu Corbisier, assistant informatique ONSS - Direction des Applications Particulières

J'ai eu la chance d'intégrer les bureaux de l'ONSS avant la fusion réelle : cela m’a permis, dans un premier temps, de continuer mon travail de l'ORPSS… Et de me familiariser avec ce nouvel environnement professionnel ! Mon intégration a d'ailleurs été très rapide au sein de la Direction des Applications Particulières (DAP), grâce, entre autres, au bon acceuil que m’ont réservé mes nouveaux collègues.

Depuis le 1er janvier 2017, mon panel de tâches proprement "ORPSS" a drastiquement diminué. Si mon travail à l'ORPSS consistait à gérer l'ensemble des applications informatiques utilisées dans le cadre de la sécurité sociale, à la DAP il est surtout focalisé sur la DmfA… Et les défis en la matière sont nombreux ! C’est comme ça que j’ai intégré l'équipe DAP 1, qui s'occupe du support technique de l'ensemble des directions du Contrôle de la DG III. Je m’y occupe, entre autres, de la création et de la gestion des macros : il s’agit de programmes développés dans le but d'automatiser des tâches, des actions et des calculs répétitifs… Et c’est tout nouveau pour moi !

Je suis donc en perpétuelle formation depuis le 1er janvier 2017 : j’apprends notamment à coder les macros, ce qui permet de faciliter le travail des gestionnaires de dossiers des directions du Contrôle…. Et d’intégrer toutes les différences qui existent entre la DmfA et la DmfA pour les administrations provinciales et locales (ou "DmfAPPL").

La fusion m'a donc permis d’ajouter de nouvelles cordes à mon arc professionnel, autrement dit d’évoluer dans ma carrière… Et ça c’est très enrichissant !

Peggy Soetens, assistante administrative, Service Assurés actifs / Direction sécurité sociale d'Outre-mer

En avril 2001, j'ai commencé à travailler à l'Office de sécurité sociale d'Outre-mer (OSSOM), au service Assurés actifs. J'ai débuté au service Perceptions et un peu plus tard, j'ai rejoint la cellule Affiliations. C'est le premier point de contact pour les éventuels assurés qui travaillent en dehors de l'Espace économique européen et de la Suisse. Je devais surtout me familiariser avec la matière de la sécurité sociale d'outre-mer. Un peu plus tard, la communication est venue s'ajouter : je m'occupais de la publicité pour notre organisme lors de réunions, de bourses et d’interventions auprès d'organisations d'employeurs.

L'OSSOM a fusionné avec l'ONSSAPL. A l'approche de cette fusion, mon expertise en matière de sécurité sociale d'outre-mer s'est avérée utile. Etant donné qu'un travail considérable avait été réalisé lors de la première fusion, la fusion entre l'ORPSS (créée dans l'intervalle) et l'ONSS fut beaucoup plus simple. Nous faisons maintenant partie, avec tous les autres services de la sécurité sociale d'outre-mer, de la DG VII de l'ONSS.

Notre service Assurés actifs se charge des mêmes tâches dont il s'occupait auparavant à l'OSSOM. La législation n'a pas beaucoup changé et le contenu de la fonction est resté le même. Nous savons pertinemment que des modifications vont avoir lieu, mais pour le moment, il est difficile d'évaluer les répercussions qu'elles auront sur notre travail.

A bien des égards, il est intéressant de travailler avec le service Relations Internationales de l'ONSS. Plusieurs aspects de nos tâches se recoupent et il y a toujours eu une bonne entente entre les collaborateurs des différentes institutions. La fusion ne peut donc avoir que des effets positifs.

Nouveau règlement de travail

En ce qui concerne les ressources humaines, certaines choses ont changé. Par exemple, un nouveau règlement de travail, sans enregistrement du temps de travail, est entré en vigueur le 1er janvier. Beaucoup d'agents ont dû s'y adapter, mais organiser et effectuer son travail de manière autonome améliore la productivité. Dès que le contrat de télétravail sera en règle, les collaborateurs de la sécurité sociale d'outre-mer pourront également travailler à leur domicile. Tous les agents de l'ONSS seront alors sur un pied d'égalité.

Lorsque le déménagement de tous les services de la sécurité sociale d'outre-mer sera terminé et que nous travaillerons tous dans le même bâtiment, nous serons fin prêts à nous engager pour notre nouvelle institution. L'intégration sera alors réussie en tous points.

Peter Vets, conseiller, Direction statistiques

Lors de la scission de l'ONSSAPL en 1986 (qui deviendra plus tard l'ORPSS), l'ONSS a décidé de continuer à reprendre les données des administrations locales et provinciales dans les brochures relatives aux travailleurs sur le marché du travail en Belgique. En effet, pour les personnes qui utilisent nos statistiques, il n'est pas important de savoir dans quel organisme un travailleur est déclaré. La plupart ne savent même pas que plusieurs organismes sont compétents pour les salariés.

Pendant les premières années suivant la scission, les déclarations de l'ONSS et de l'ONSSAPL sont restées similaires et l'intégration des données de l'ONSSAPL était plutôt simple. Mais au début des années nonante, les procédures ont commencé à être fort différentes. A mon arrivée à l'ONSS, j'ai immédiatement été confronté aux difficultés que cela entraînait. Pendant plusieurs années, l'ONSSAPL n'a pas été en mesure de nous transmettre des données de qualité. Nous étions obligés d'actualiser 'manuellement' les chiffres de l'année précédente pour arriver à des statistiques complètes.

Dans la seconde moitié des années nonante, l'ONSS a tout doucement commencé à exploiter les possibilités offertes par les déclarations électroniques et la création de la Banque-Carrefour. Cela a permis de ventiler les statistiques selon l'âge ou le domicile des travailleurs, par exemple. Cet élargissement de l'offre rencontra un grand succès, mais l'on se retrouva à nouveau confrontés à un inconvénient majeur : il manquait les données des pouvoirs locaux et provinciaux.

Le rêve devient à nouveau réalité

A partir du début de ce siècle, les procédures de l'ONSS et de l'ONSSAPL se sont rapprochées (introduction de la Dimona, DmfA, utilisation d'unités d'établissement dans la BCE,...). Par conséquent, l'ONSSAPL a pu reprendre bon nombre de nos méthodes statistiques. Et c'est ainsi que notre rêve s'est à nouveau réalisé : pouvoir proposer des données qui concernent tous les travailleurs salariés. Par exemple, les utilisateurs de nos statistiques ne doivent pas toujours signaler que l'ONSS dispose de nombreuses données et que les travailleurs des maisons de repos privées sont inclus, mais qu'ils devront s'adresser ailleurs s'ils veulent avoir des informations relatives aux travailleurs des maisons de repos qui dépendent d'un C.P.A.S.

Depuis plusieurs années, nous travaillons sur le projet "Statwork" pour proposer des statistiques interactives sur notre site internet. Cela les rend facilement disponibles auprès du grand public. Il va de soi que ces statistiques doivent être complètes. Nous avons lancé ce projet en collaboration avec l'ONSSAPL. Nous travaillons avec les agents de l'ONSSAPL depuis plusieurs années et entre-temps, nous sommes devenus collègues.

Travailler dans une organisation qui a fusionné offre des avantages. La réalisation de notre rêve – des statistiques pour tous les travailleurs salariés – n'est plus entravée par des lois ou des problèmes pratiques. Nous pouvons mieux adapter la méthodologie aux différentes données de base, et nous héritons des connaissances et de l'expérience relatives à l'emploi dans les administrations locales et provinciales. Cela joue forcément en faveur du service à nos utilisateurs.

Roel van Laethem, collaborateur cellule soutien management, Direction générale d’identification et contrôle (DG III)

L’annonce d’une fusion et l’arrivée de nouveaux collègues engendrent toujours des défis, certainement dans le cas de notre direction générale. De fait, nous avons accueilli une trentaine de nouveaux collègues ainsi qu’un nouveau directeur général.

Avant la fusion, je travaillais en qualité de collaborateur à la cellule d’appui de la direction du contrôle, où j’exerçais essentiellement un rôle de soutien. Après une série d’entretiens exploratoires avec le nouveau directeur général (qui avait quitté l’ORPSS à destination de l’ONSS quelques mois plus tôt), j’ai intégré la cellule soutien management de la direction générale d’identification et contrôle avec deux collègues motivés (ex-ORPSS). J’ai reçu de nouvelles attributions très stimulantes : j’ai ainsi été désigné chef de projet ‘new Way of Working’ pour notre direction générale. Je défends les intérêts de notre direction générale en ce qui concerne les différents aspects du ‘new Way of Working’ : aménagement du nouvel environnement professionnel, code déontologique, travail sans papier… Je suis souvent entré en contact avec d’autres nouveaux collègues, par exemple en assurant le suivi du déménagement vers le bâtiment Horta.

Cela fait maintenant plusieurs mois que notre nouvelle cellule a vu le jour et accueilli de nouveaux collègues. Notre coopération ne cesse de s’améliorer et je suis persuadé qu’ensemble mais aussi à titre individuel, nous sommes en mesure de contribuer à l’amélioration du fonctionnement de la DG III.

Vincent Barthelemy, Directeur général des Services d'appui

La tâche des Services d'appui est de veiller à ce que les services opérationnels puissent effectuer leur travail dans les meilleures conditions. Ainsi, il nous appartient notamment de garantir une bonne logistique, une gestion des ressources humaines attrayante et des équipements performants.

La fusion par intégration avec l'ORPSS nous permet d'accomplir encore mieux ces missions. Tout d'abord, le management au sein de notre direction générale se trouve renforcé. Nous avons pu constituer une équipe d'analystes commerciaux, qui nous permet enfin de répondre à des problèmes auxquels nous étions confrontés depuis quelque temps. Ainsi, nous œuvrons à l'amélioration de nos indicateurs de qualité. Mais au-delà des effectifs, nous avons aussi gagné en expertise, notamment dans le domaine des marchés publics.

Les personnes externes apportent toujours un regard neuf, ce que j'apprécie beaucoup. Au sein des Services d'appui, je constate que, depuis la fusion, nous faisons plus facilement le lien entre nos diverses missions, par exemple entre la logistique et le développement durable. Et cela profite évidemment à la qualité de nos services !