Koen Snyders

Après le temps des changements vient celui de la consolidation

En 2017, l'ONSS a connu de profonds changements. En raison de la réorganisation des institutions de sécurité sociale, l'ONSS a récupéré, en 2017, une multitude de nouvelles missions et de nouveaux collègues. La fusion avec l'ORPSS (l'Office des régimes particuliers de sécurité sociale) a eu lieu le 1er janvier 2017. L'Inspection sociale est venue nous renforcer le 1er juillet et la CSPM (la Caisse sociale de prévoyance en faveur des marins) a suivi le 1er janvier 2018.

Rénovation du bâtiment

En 2017, l'ONSS a rénové son siège central à Bruxelles, notamment pour pouvoir accueillir ces nouveaux collaborateurs. La rénovation s'est opérée étage par étage. L'aménagent traditionnel en bureaux fermés a laissé place à un environnement plus ouvert et lumineux. Cette rénovation fut un vrai casse-tête et de nombreux collaborateurs ont dû changer de lieu de travail à plusieurs reprises.

2017 fut également une année de nouveaux progrès en matière de New Way of Working. La pointeuse a été supprimée et remplacée par des horaires de travail plus flexibles. Nous évoluons d'ailleurs vers un système de 2 jours de télétravail par semaine (au lieu de 1 précédemment).

Reprendre son souffle

Bref, 2017 fut une année mouvementée. L'ONSS s'est transformé à un rythme effréné ces dernières années. Notre organisation doit maintenant reprendre son souffle et travailler à sa consolidation. Tout le monde en a besoin. Pas seulement nos collaborateurs qui doivent pouvoir s'adapter à un nouvel environnement, apprendre à se connaître les uns les autres et approfondir leur travail. Mais une période d'accalmie serait également bienvenue pour nos clients. Nous devons d'abord penser aux nouveaux parmi eux, comme les citoyens et les entreprises affiliées à la sécurité sociale d'outre-mer, et profiter de ce moment pour moderniser notre prestation de services et mieux l'adapter aux attentes.

Explorer l'intelligence artificielle

S'inscrire dans la continuité ne signifie pas enfouir sa tête dans le sable. Dans un monde en proie à des mutations aussi rapides que nombreuses, ce serait particulièrement maladroit, voire, si l'on n'y prend garde, synonyme de retard. Les avancées technologiques se dépassent à un rythme à peine soutenable. Plus encore, elles ne restent pas isolées, mais induisent de véritables évolutions sociales. L’émergence de plateformes d'économie collaborative créée, par exemple, des statuts sociaux impossibles à catégoriser selon les schémas existants.

Une des grandes questions d'avenir porte sur l'intelligence artificielle et la place à lui accorder. Des algorithmes intelligents peuvent améliorer notre prestation de services. Les machines réaliseront certaines tâches administratives plus efficacement et plus rapidement que l'être humain. Qu'en penser ? Il est toujours préférable d'anticiper les développements que de les subir. Nous avons dès lors décidé d'explorer l'intelligence artificielle en 2018. Nous entendons ainsi examiner comment intégrer au mieux cette nouvelle technologie dans notre fonctionnement.

Dans les années '90, l'ONSS comptait parmi les pionniers lorsqu'il s'est agi de traduire les nouveaux développements en IT et en télécommunication en un système d'applications d'e-government performant. L'IA contribuera-t-elle à faire évoluer la prestation de services des pouvoirs publics ?

L'avenir nous le dira. Une chose est certaine : de par cette exploration, l'ONSS reste fidèle à sa longue tradition de renouvellement technologique. Les technologies passent, mais l'attitude de l'ONSS demeure.


Koen Snyders
Administrateur général