En quoi consistent les formes particulières de chômage ?

Sur sa DmfA trimestrielle, l'employeur déclare pour chaque travailleur, des périodes rémunérées ainsi que des périodes assimilées.

Les périodes assimilées sont des périodes d'absence du travail qui ne sont pas rémunérées. Comme le contrat de travail n'est pas rompu, elles sont assimilées à des périodes de travail pour déterminer certains avantages sociaux (pension de retraite, indemnités de maladie, etc.) à accorder aux travailleurs. Les réglementations propres à ces avantages sociaux déterminent quelles sont les périodes à prendre en considération et leur impact dans les calculs.

Les données trimestrielles concernant les périodes assimilées Nouvelle fenêtre sont disponibles dans la rubrique statistiques sur le site de l'ONSS. Une brochure annuelle Nouvelle fenêtre peut également y être téléchargée.

Parmi ces périodes assimilées, il existe des périodes qui sont appelées « chômage » : il s'agit de périodes pendant lesquelles le contrat de travail est suspendu alors que le travailleur touche une indemnité de chômage particulière. Ces périodes de chômage sont spécifiques aux ouvriers.

Ces périodes influencent fortement le volume de travail en équivalent temps plein, évoqué sous la rubrique « Données relatives à l'emploi ».

Un type de période analogue à ces formes de chômage est apparu au courant de l'année 2009 : il s'agit des périodes de suspension du contrat d'employé en période de crise.

Formes particulières de chômage en 2018

Le graphique ci-dessous illustre l'évolution des formes particulières de chômage au cours des 3 dernières années.

Le chômage pour cause d'intempéries est un phénomène aléatoire lié aux rigueurs hivernales.

Le recours au chômage économique connaît un fléchissement depuis le second semestre 2013 et cette tendance s'affirme de plus en plus. Ceci s’explique par :

  • la reprise économique (surtout pour 2016) et
  • le licenciement de travailleurs d'entreprises en difficulté après une période plus ou moins longue de chômage économique.